[Portrait] Chamade, responsable du bureau d’études d’un sous-ensemble du projet nucléaire Laser Megajoule du CEA
  • Topic:
    • SOLIDWORKS
  • Domains:
    • Mise en plan
    • Modélisation volumique
    • Annotation
    • Modélisation surfacique
    • Assemblages
    • Cotation
    • Nomenclature et Tables
    • Interfaces
    • Normes
    • Routing
    • Bilbiothèques
    • Animations et rendus
    • Autres applications

Le 27 juillet 2015 par

Chamade, membre de Lynkoa depuis septembre 2013, est ingénieur en études mécaniques. En arrivant à Toulouse, pays de l’aéronautique et de Catia V5, il est vite devenu responsable du bureau d’études et responsable technique d’un sous-ensemble sur le projet Laser Megajoule du CEA, le projet de laser le plus énergétique du monde et l’un des principaux éléments du programme militaire français Simulation. Chamade nous raconte ainsi son parcours professionnel étonnant.

Bonjour Chamade, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Chamade, membre de Lynkoa depuis septembre 2013Depuis que je suis entré dans le monde du travail - il y a 11 ans -, ma fonction officielle est celle d’ingénieur en études mécaniques. Mais j’exerce couramment des fonctions d’architecte mécanique, responsable BE ou responsable technique de façon opérationnelle. A travers mes diverses expériences, j’ai pu intervenir dans les domaines du bâtiment, du nucléaire, de l’aéronautique ou du naval, et plus récemment, j’ai débuté une nouvelle expérience en tant que pilote technique dans le secteur du spatial. Je suis un gros consommateur de CAO mais pas un grand pratiquant.

Comment as-tu découvert la CAO ?

Je me souviens encore de mes premiers contacts avec la « CAO » au lycée. On nous initiait sur DMT10 (en monochrome et sous DOS) et DMT20 (un bon de géant pour l'époque, on avait même la couleur …). C’était rudimentaire ! La création des pièces prenait un temps fou par rapport aux logiciels actuels, notamment à cause des machines qui avaient une puissance ridicule (PC 33MHz avec la fonction turbo activée, autant dire que n’importe quel smartphone actuel est plus performant). Malgré ça, on avait tout de même de vraies représentations en 3D manipulables en dynamiques. Comme on avait 15 ans, on trouvait ça super ludique.

D’autre part, j’ai une formation d’ingénieur généraliste option mécanique. Après quelques années purement théorique, j’ai refait de la CAO en dernière année d’études sur Catia V5. Cette fois-ci, on était bien parti pour une utilisation vraiment professionnelle de la CAO !

Quels logiciels CAO utilises-tu ?

Après avoir découvert la CAO avec Catia V5 pendant mes études, j’ai été initié à SolidWorks au cours de ma première expérience professionnelle, pendant un an environ. J’ai tout de suite était étonné par la facilité de prise en main du logiciel. Notre activité principale était le calcul par éléments finis (sur ANSYS 5 pour les amateurs), la conception passait en second plan. Cependant, j’ai quand même pu travailler sur quelques projets dans la construction métallique ou les machines spéciales. A ce jour, SolidWorks reste pour moi le logiciel le plus convivial à utiliser. Par la suite, je suis repassé régulièrement par la case Catia V5 ainsi que par Pro/engineer.

"SolidWorks reste pour moi le logiciel le plus convivial à utiliser"

As-tu des réalisations professionnelles ou personnelles à partager ?

En général, mes réalisations restent assez modestes. Le plus souvent, mon but est de réaliser des représentations sommaires pour définir des concepts et bénéficier d’une représentation des volumes et des fonctions afin de mieux communiquer avec les équipes et les clients. J’ai réalisé quelques conceptions détaillées moi-même, mais je suis loin d’avoir le niveau de pratique de certains membres.

Parle nous de ton parcours professionnel, que fais-tu à Toulouse - le pays de l’aéronautique et de Catia V5 - ?

En 2005, après ma première expérience professionnelle, j’ai emménagé sur Toulouse pour travailler dans la conception avec un rôle de chargé d’affaires. A ce poste, j’ai fait toutes sortes d’outillages périphériques pour les programmes Airbus en cours (A400M, A380, A350). Ce sont quasiment mes dernières conceptions propres. C’est également à cette époque que j’ai commencé à gérer des projets dans leur totalité (appel d’offre, études, réalisation, mise au point). Puis, presque par hasard, je me suis retrouvé à intervenir sur le projet du Laser Megajoules du CEA.

Peux-tu nous en dire plus sur le projet du Laser Megajoule du CEA sur lequel tu as travaillé ?

Le projet de Laser Mégajoule, ou LMJ, est le projet de laser le plus énergétique du monde et l’un des principaux éléments du programme militaire français Simulation, destiné à assurer la pérennité de la dissuasion nucléaire de la France après l'arrêt définitif des essais nucléaires en conditions réelles. Ce projet se déroule sous la responsabilité du CEA et consiste à reproduire, à l’aide d’environ 200 faisceaux Laser dirigé vers une micro cible (d’environ 1 cm) placée dans une chambre sous vide (de 10 mètres de diamètre), les conditions d’une fusion nucléaire. Le fonctionnement du système nécessite des sous-ensembles capables d’assurer une grande précision d’alignement.

Initialement, j’ai été sollicité en tant qu’ingénieur pour analyser toutes les problématiques liées à la maintenance et proposer des solutions de moyens d’accès, sécurisation, … Petit à petit, je suis devenu responsable du BE et responsable technique de la superstructure de la salle d’expérience.

"Le projet du Laser Megajoule du CEA est la plus importante maquette CAO sur laquelle je suis intervenu"

Ce fut une expérience très particulière car ce type de projet n’est pas courant. C’est évidemment la plus importante maquette CAO sur laquelle je suis intervenu :

  • tant par la taille de l’installation (33 mètres de diamètre et 40 mètres de haut)
  • que par sa complexité (une trentaine de marché à intervenir en simultané, des interfaces par centaines et un taux de remplissage équivalent à celui d’un sous-marin).

Nous travaillions alors sur Pro/engineer mais j’utilisais surtout le viewer Productview pour pouvoir naviguer dans la maquette globale (cela représentait 1.5 Go de données en format viewer, de quoi faire cravacher la plupart des machines courantes), faire des mesures, préparer des présentation, vérifier les interférences … Au bout de 5 ans, je l’avais tellement regardé sous tous les angles que j’aurais pu me promener dedans les yeux fermés. Ce qui s’est révélé très pratique pour mes collègues sur le chantier car je pouvais leur décrire sur place les éléments qu’ils ne voyaient pas encore, et cela avant qu’ils ne soient montés. Lorsque nous avons terminé le projet, tout semblait presque évident, mais il aura fallu déployer bien de l’énergie et de l’imagination pour en arriver là.

Puis, pendant 2 ans, j’ai poursuivi mes activités d’architecture mécanique et de coordination sur des sujets en lien avec l’aéronautique à nouveau : A320 NEO, banc de test pour actionneurs… Et depuis peu, je vis une nouvelle expérience dans le secteur spatial.

Que penses-tu de l’impression 3D ?

J’ai réalisé ma première (et presque dernière) pièce en impression 3D sur une machine 3D Systems il y a une dizaine d’années. Plus qu’un simple prototype, la pièce réalisée était complètement fonctionnelle. Nous avions réussi à combiner nos moyens de CAO et de calculs pour obtenir une pièce complètement fonctionnelle. Nous ne pouvions pas encore la qualifier d’ « optimisée », mais il est certain que nous n’aurions pas pu la réaliser avec des moyens classiques. C’est là où j’ai perçu tout le potentiel de cette technologie, encore marginale à l’époque. Nous avons renouvelé l’expérience quelques fois par la suite, mais cela se restreignait à des pièces peu sollicitées.

"Plus qu'un simple protoype, la pièce que j'ai réalisé était complètement fonctionnelle"

Il est indéniable que cette technologie est aujourd’hui en pleine explosion. En revanche, je ne pense pas qu’elle sera utilisée de façon courante en production avant quelques années. En effet, il reste encore quelques problématiques à traiter pour avoir pleinement confiance, en particulier pour l’impression métallique. Les réalisations actuelles sont évidemment très belles mais relèvent plus de l’exercice de style.

Que penses-tu de Lynkoa ?

Depuis que je suis inscrit sur Lynkoa, je consulte surtout les actualités. Je suis également actif sur le forum, j’essaie d’apporter mon aide sur des sujets théoriques de conception ou de calcul.

Partager

Envoyer cette page

6 commentaires pour [Portrait] Chamade, responsable du bureau d’études d’un sous-ensemble du projet nucléaire Laser Megajoule du CEA

par Gerald | 20464 point(s)

Beaux parcours, et des sujets très intéressants ! Bravo

par Benoit.LF | 31573 point(s)

Beau parcours !

par Bart☺ | 27203 point(s)

Bravo!

Parcours impressionnant :o

Il y a vraiment des pointures chez Lynkoa! =)

par Tomalam | 31108 point(s)

Beau portrait

par coin37coin | 5570 point(s)

Vui, j'aime décidément beaucoup cette rubrique :)

par fred | 15932 point(s)

Bravo, portrait très intéressant.